Fenêtres Open Space

site d’Anne Savelli

Ce qu’on dit parfois de soi en atelier d’écriture

vendredi 1er Mars 2019, par Anne Savelli

L’espace de l’atelier est-il propice à l’écriture autobiographique ? Je ne sais pas si la question se pose, du moins en premier lieu. Ce qui compte, je crois, c’est d’abord de savoir si cet espace est propice à l’écriture tout court et ce, pour des gens qui ont déjà le goût d’écrire comme pour ceux, mais oui, qui sont obligés d’être là, captifs durant deux heures, méfiants ou indifférents peut-être à l’origine.
Collèges, lycées, médiathèques, musées... J’anime depuis plusieurs années des ateliers d’écriture de façon régulière sans que cela soit devenu mon métier. Écrivaine, ce sont les résidences qui m’en ont donné l’occasion : elles comprennent souvent une part dite de médiation, 30% de son temps et voilà l’atelier qui s’en vient, parfois pour une seule séance, parfois de façon continue. Souvent, il s’agit de se retrouver en établissement scolaire devant une classe entière, dans la salle habituelle du professeur. Autant dire qu’il n’est pas simple alors de créer un écart, de favoriser les conditions dans lesquelles des adolescents vont laisser surgir quelque chose d’eux-mêmes. Et pourtant, presque toujours, cela a lieu.
Est-on prêt, a-t-on été formé à exercer ce rôle d’animateur, quand on écrit ? Pas nécessairement. Ce qu’on a pour soi, c’est simplement son expérience, les lectures qui nous ont forgé-e-s, la reconnaissance de cette part d’énigme qui surgit dès que la phrase se forme et qu’il faut savoir accueillir. Je crois qu’il ne faut pas hésiter à expliquer qu’on repart soi-même de zéro à chaque nouvelle tentative. Que l’expérience est moins liée à une série de « trucs » qu’on mettrait en place qu’à une bagarre avec la langue, avec ses propres stéréotypes, travail constant d’oscillation entre disponibilité, ouverture d’esprit et reprise en main du texte. L’atelier, ce type d’atelier en tout cas, est d’abord le lieu du premier jet, de ce qui nous vient à partir d’une consigne et qu’il n’est pas temps encore de censurer. C’est aussi a posteriori le lieu de l’écoute, celle du texte des autres et du sien, écoute dont l’intérêt est non pas d’engendrer un jugement mais de comprendre comment la circulation d’une image, d’une idée à l’autre est possible ; à quel point on n’écrit pas seul-e, même à avoir le plus grand besoin de solitude, de repli. Ce qui reste fascinant, c’est que cette circulation n’exclut pas la singularité, au contraire.
Que dit alors de soi ce qu’on écrit en atelier ? Souvent beaucoup de choses. Que la contrainte soit issue d’un ouvrage de fiction, d’un poème ou d’un texte autobiographique, qu’on en passe ou non par le je, accepter de se livrer à l’exercice nécessite une mise en confiance et une prise de risque qui, dès que le pas a été franchi, invitent à creuser ce qui nous appartient en propre, à ne pas se contenter d’un texte de surface destiné à répondre à une demande extérieure.
Il y a un désir d’authenticité, je crois, chez les participants, plus immédiat peut-être lorsqu’ils sont adultes et ont fait le choix de venir, mais peu importe, au fond. Le texte n’est pas l’enjeu d’un discours, pas plus qu’il ne se confond avec le pur journal intime. Proposer un angle de vue, une piste commune a pour ambition d’éviter ces écueils. À ce titre, il nous importe de rester à l’affût, d’imaginer des dispositifs susceptibles de provoquer en face une certaine surprise, d’éviter la routine et les pré-supposés. Ainsi n’ai-je pas exactement suivi la proposition initiale d’enseignants, celle de faire écrire des SMS à des élèves en très grande difficulté. Une fois mis en confiance, ceux-ci ont préféré écrire long, très long, au grand étonnement de tous. Ainsi ai-je au contraire tenté d’exploiter au maximum le thème imposé d’une série d’ateliers destinés au milieu professionnel : celui de la tenue de travail. Vêtements mais aussi postures du corps, positions dans l’espace, dédoublements... Tout cela m’a obligé à inventer des exercices dont je n’aurais pas eu l’idée.
Le numérique, dont je n’ai pas encore parlé, peut-être ici d’une grande aide. S’il se réduit parfois à la création d’un blog post-atelier, rien n’empêche de l’utiliser pour proposer de nouvelles formes. La rédaction de textes issus d’une navigation dans Google Street view peut donner des résultats étonnants, invite à explorer des lieux inconnus mais également familiers, permet d’effectuer des retours dans le passé.
De la lecture à la publication en ligne, il est possible de conjuguer ces éléments. Je voudrais ici en donner un seul exemple détaillé. Avec L’aiR Nu, nous avons mis en place un module de trois jours qui invite à lier le lieu, la lecture, l’écriture, le son et le code informatique. Le déroulé est le suivant : les participants sont d’abord invités à une déambulation littéraire, au fil de laquelle ils lisent eux-mêmes à voix haute des textes sélectionnés à partir d’un thème. Il s’agit de découvrir ou de redécouvrir un espace (quartier, bâtiment...), des textes, des auteurs et le groupe en lui-même. Sans doute est-il alors déjà question de commencer à mesurer l’effet que tout cela produit sur soi. Cette lecture est enregistrée au fil de la balade : aux textes se mêlent des éléments sonores, pluie, bruits de voitures, etc, ce qui n’est pas forcément anodin, permet de matérialiser un premier lien.
Le deuxième jour a lieu l’atelier d’écriture, puis la création du site web. Nous proposons un ou plusieurs exercices en fonction de certains des textes lus la veille. Ainsi, à Strasbourg, lors du récent festival Les Racontars du numérique, avons-nous invité les participants à écrire à partir d’un passage de Bougé(e), d’Albane Gellé dans lequel elle « résume » sa vie amoureuse depuis l’enfance en concluant presque abruptement par la recherche d’un lieu où vivre avec celui qu’elle surnomme son « immense love ». Le thème proposé, le lieu des commencements, a permis tout aussi bien aux participants d’extrapoler (réinvention de sa propre naissance), d’interroger la langue et la frontière (évocation d’un voyage), que de convoquer le présent (la première Nuit debout avait eu lieu la veille à Strasbourg, l’auteur du texte y avait assisté). Autant de façons de s’emparer du thème pour parler ou non de soi, de se libérer d’une forme a priori autobiographique pour, peut-être, évoquer les enjeux qu’il soulève de façon moins clairement identifiée mais résolument personnelle. Il me semble que la marche et le partage, la veille, tout comme la réalisation par les participants eux-mêmes du site après l’atelier d’écriture, participent de cet allègement. Ce site, dont la réalisation est accompagnée par un écrivain qui est également informaticien, est conçu comme un prolongement de l’atelier. Il inclut les textes lus lors de la déambulation comme ceux des participants, invite ces derniers à inventer un parcours, qu’il soit géographique ou par mots-clés : autant de façons de s’autoriser à écrire un récit puis à le transmettre. On entre alors en soi, écoute les autres et s’expose dans un même mouvement.

*

Article paru pour la première fois dans le magazine de l’Association pour l’autobiographie (APA) La Faute à Rousseau n°72, en juin 2016.

Galerie

Cliquez sur une photo pour avoir le diaporama

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.