Fenêtres Open Space

site d’Anne Savelli

Semaine #38 plein temps (une esquisse)

dimanche 23 Septembre 2018, par Anne Savelli

Tester à nouveau le plein temps en ce début de semaine : deux jours à la SGDL en formation de 9h à 17h, rester assise dans la salle de réunion, écouter des auteurs, des éditeurs, un juriste, une assistante sociale, partager quelques expériences avec des créatrices en jeunesse ou BD, constater que le traducteur d’un livre est mieux payé que l’auteur (pourquoi l’écriture demeure-t-elle impalpable, impossible à chiffrer quand la traduction non, mystère), découvrir que l’érotique paye mal, comme le reste. Prendre des notes, regarder par la fenêtre (ci-dessus l’oloé qui ne servira pas) en espérant tenir, et oui, ça passe, grandes douleurs dans les jambes mais sans les prendre au cou, deux jours à être assise, à rester raisonnable, entendre parler contrat, chaîne du livre, à-valoir, pourcentages, repérer à qui (ne pas) se fier. Deux jours fructueux, bien menés, mais où parfois se dire : je ne suis pas de ce monde.

Le mercredi, me voici baignée dans un autre élément, qui va rapidement me sembler proche, au contraire : une soirée Paroles de sorcières et éco-féminisme au musée de la Chasse s’annonce, à Paris, avec parcours sonore et conférence. Enorme succès, avec une amie nous sommes arrivées une heure en avance et nous avons bien fait : une bonne partie du public ne pourra pas rentrer. Conférence passionnante (filmée par France Culture) durant laquelle je réalise brusquement que Dita Kepler est une sorcière moderne - je développerai sans doute la question sur ce site à un moment où à un autre, tout s’est mis à faire sens, il faudra que j’y revienne.

Autre soirée, le vendredi : Cécile Portier sort un nouveau livre aux éditions Quidam, De toutes pièces. Avec le Village de Joachim Séné et les Sorcières (justement) de Mona Chollet, c’est le livre de la rentrée que j’attendais.

*

Deux jours de plein temps, deux sorties le soir, sans compter une demi-journée d’atelier et je ne sais combien d’échanges de mails professionnels, ça fait beaucoup, surtout quand il faut écrire "à côté". Aussi, ce dimanche, le semainier, je voudrais soudain qu’il galope pour aller me reposer.

Dire, tout de même, qu’à partir de demain et jusqu’à vendredi nous serons, avec L’aiR Nu, sur le campus de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM) pour une semaine d’ateliers, de déambulations et de création web avec des étudiants en urbanisme, dans le cadre de la maquette urbaine interactive, projet que j’ai commencé à évoquer ici il y a quelques mois. Là encore, j’en reparlerai. A suivre !

Galerie

Cliquez sur une photo pour avoir le diaporama

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.