Fenêtres Open Space

site d’Anne Savelli

Histoire d’un mot inventé

dimanche 17 Juin 2018, par Anne Savelli

(oloé de la Vallée aux Loups)

Où Lire Où Ecrire ?
J’ai inventé le mot oloé en 2010 parce que j’avais besoin d’un endroit pour lire et pour écrire et que je n’en trouvais pas.
Au lieu d’abandonner l’écriture, j’ai décidé d’entamer un nouveau livre qui serait, précisément, celui de la quête d’un oloé.
Au départ, ce n’était d’ailleurs pas un livre mais une suite de chroniques sur un site, Mélico (Mémoire de la librairie contemporaine), aujourd’hui disparu.
(j’avais donc, du moins, un lieu où publier - un oéop, en somme)
Puis l’ensemble est devenu un ebook, Des oloé espaces élastiques où lire où écrire, édité par la plateforme D-Fiction en 2011.

(la couverture a changé, depuis)

J’ai fini de l’écrire dans le garage de la médiathèque de Montreuil où, entre temps, j’avais été prise en résidence pour l’année, ce qui résolvait provisoirement la question. Il y avait là une table, une chaise et des centaines de livres constituant la réserve : le magasin de fiction.

(la BNF, un bon oloé, là aussi)

A la parution, le mot a pris, surtout quand Joachim Séné a décidé de créer un site géolocalisé où qui voudrait pourrait inscrire son oloé. Les écrivaines Maryse Hache et Christine Jeanney se sont emparées du mot, elles aussi. Le bibliothécaire Franck Queyraud a écrit à son propos, Thierry Beinstingel affirmé qu’on devrait le proposer au dictionnaire.
(un jour, allez savoir ?)
Depuis, nous disons d’un café avec wifi et sans BFM ni radio tonitruante qu’il s’agit d’un bon oloé.

Galerie

Cliquez sur une photo pour avoir le diaporama

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.